LA PROVENCE

 

La Provence a deux facettes, opposées et contraintes une forme de cohabitation sans dialogue. La première image qui vient malheureusement encore à l'esprit est celle du rosé, que l'on dit "facile à boire", souvent insipide, certes désaltérant mais dont on pourrait oublier qu'il est élaboré à base de raisins!

L'autre Provence est aussi celle du rosé, mais aux antipodes du premier. Toujours coloré, parfois passé en barriques, une fois dans le verre, il livre avec générosité toutes les senteurs du grand Sud. C'est aussi le terroir de grands blancs de Méditerranée, avec Palette et Billet à leurs tête. Au coeur des terres calcaires ou ouvertes sur la mer, ces vins ont un souffle minéral et salin qui se marie naturellement avec la cuisine régionale. Cette région donne aussi des rouges de corps, aux notes d'épices et de garrigue. Cépages méridionaux et bordelais dialoguent d'appellation en appellation.

CÉPAGES

À la diversité du relief et du climat de la région correspond une large palette de cépages, où les variétés traditionnelles cohabitent avec les cépages autochtones.

En rouge, le grenache, tant employé pour les rouges que pour les rosés, apporte rondeur, charmes et arômes élégants de fruits rouges. Le cinsaut confère fraîcheur, finesse et fruité aux vins rosés, alors que le tabouret leur offre un rite bouquet. Le Mourvèdre, le cépage vedette du Bandol, donne à ce dernier sa force, sa complexité et ses notes épicées. Le Carignan produit des vins épicés avec de la fraîcheur.

Chez les blancs, le rolle donne des vins aux parfums d'agrumes et de poire, gras, équilibrés et fins. La clairette apporte aux vins arômes et bouquet, et le bourboulenc leur confère finesse et rondeur.

image.jpg
 

Le Saviez-vous?

8% des vins rosés de la planète proviennent de Provence. Celle-ci est aussi la première région productrice de rosé en France (40% de la production nationale). La couleur des rosés est donnée par leur mode de vinification. Elle se décline en 9 teintes: groseille, bois de rose, framboise, chair, marbre rose, saumon, pelure d'oignon, brique, corail.

 
images.jpeg

LA CORSE

 

Vieux de plus de 2 500 ans, le vignoble Corse s'est développé sous les influences grecque et romaine. Au XVIIème siècle, les vignes occupent une grande partie du territoire et la viticulture constitue la ressource essentielle de la quasi-totalité de la population. Mais comme ailleurs, le phylloxera ravage tout le vignoble. Il faudra attendre les années 60 et l'arrivée des rapatriés d'Afrique du Nord pour que le vignoble renaisse. Après une période de productivité à outrance, il s'est définitivement orienté vers la qualité et la typicité.

CÉPAGES

À côté des cépages méridionaux (grenache, Syrah), la Corse fait la part belle à ses cépages originaux. Apparenté au cépage sangiovese (région de Chianti), le nielluccio est à la base des vins rouges de Patrimonio auxquels il confère des arômes de petit fruits rouges, de violette, d'épices et d'abricot.

Un autre cépage rouge, le sciacarello, est cultivé essentiellement dans la Corse granitique du Sud ; il se révèle d'une grande finesse alliée à un bouquet poivré inoubliable.

Parmis les cépages blancs, le plus caractéristique est le vermentino appelé aussi malvoisie. Il donne un vin très typé, aux arômes floraux forts, avec beaucoup de gras. il est également utilisé pour l'élaboration de rosés à forte personnalité.

lg_6f9abbeab30c0a5c118472b5a062a92e.jpg