Rechercher

Bollinger lance RD 2007, une cuvée très attendue

https://avis-vin.lefigaro.fr/vins-champagne/o149000-bollinger-lance-rd-2007-une-cuvee-tres-attendue


Les rares millésimes de cette cuvée emblématique sont très attendus. Le 2007 ne déroge pas à la règle.


Par Béatrice Delamotte Publié le 04/04/2021




Deux initiales, RD, pour récemment dégorgé, et une simple mention sur une bouteille de champagne qui changent tout. La maison Bollinger s’en est fait le champion, depuis la première inscription sur un flacon, en 1967. Mme Élisabeth Bollinger décide alors de commercialiser un millésime ancien – 1952 – récemment dégorgé et dosé comme un extra-brut. Une innovation pour l’époque, qui devient instantanément une expérience de dégustation hors du commun grâce au contraste entre la grande fraîcheur en bouche et l’intensité aromatique des grands millésimes.

Plus de cinquante ans plus tard, la maison perpétue cette tradition et continue à indiquer RD, la date de dégorgement, sur l’étiquette de la cuvée. Dans les caves d’Aÿ, berceau de la maison, les bouteilles de Bollinger RD sont dégorgées "à la volée", c’est-à-dire à la main. Ce savoir-faire, Jean-Michel Booms le perpétue depuis près de quarante ans avec son équipe. D’un coup de pince précis, il dégage l’agrafe et le bouchon en liège avant de faire légèrement tourner la bouteille pour laisser s’échapper toutes les lies, mais le moins de champagne possible. Il ne reste plus qu’à doser le vin et à le reboucher. La magie du RD est en route.

Ce traitement qui "bouscule" le vin n’est réservé qu’aux plus grands millésimes et à une réserve limitée de bouteilles. Une rareté qui se mérite : le dernier vintage mis en vente était le 2004. Cette année, le 2007 sort de cave avec une étiquette qui reprend les codes de l’originale des années 1960. "Le contraste entre l’intensité des arômes épicés, les notes de fruit, de brioche et de miel et la fraîcheur de Bollinger RD 2007 offre une nouvelle expérience aux amateurs de grands vins et place ce millésime sous le signe de l’énergie", se félicite Charles-Armand de Belenet, directeur général de Champagne Bollinger. Cette énergie se traduit par une attaque vive et franche, qui révèle des notes de prune blanche, de noix et d’anis ainsi qu’une incroyable tension. Sans oublier les épices, qui se déclinent en de multiples évocations, tantôt suaves, tantôt plus expressives.

Complexité aromatique

De cette palette aromatique incroyable, une épice ressort : le safran. Pour sublimer l’accord avec Bollinger RD 2007, Denis Bunner, chef de cave adjoint, a sélectionné le safran du producteur corse Sylvain Martinez Ciccolini. "Cet accord nous est apparu comme une évidence, explique Denis Bunner. Le safran est une épice rare et exigeante, un produit d’exception lié à un terroir qui, au nez, dégage une énergie piquante."

Pour mieux exprimer l’accord entre "l’or rouge" et le RD 2007, la maison Bollinger a fait appel au chef néerlandais doublement étoilé Soenil Bahadoer, surnommé "Spicy Chef". Dans un métissage d’inspirations hindoues et de cuisine française, le chef sublime la complexité aromatique du champagne en l’associant à des sauces délicates et puissantes à la fois qui font ressortir l’excellence du vin, sa fraîcheur et son crémeux. Un bel exercice de style délicat à reproduire chez soi. On se contentera de déguster la cuvée.

0 vue0 commentaire